Terminale spécialité - Méthode - La dissertation d'HGGSP au baccalauréat

I. NATURE ET STRUCTURE DE L’ÉPREUVE
A. STRUCTURE DE L’ÉPREUVE
B. NATURE DE L’EXERCICE
C. EXEMPLES DE SUJETS

II. CONSEILS DE MÉTHODE
A. ANALYSER LE SUJET ET DÉGAGER UNE PROBLÉMATIQUE
1. Analyser le sujet
2. Formuler une problématique
B. ORGANISER UN PLAN EN MOBILISANT SES CONNAISSANCES
1. Mobiliser ses connaissances
2. Bâtir un plan
C. RÉDIGER
1. Rédiger une introduction et une conclusion
2. Construire le développement

I. Nature et structure de l’épreuve

A.    Structure de l’épreuve

Une note de service ministérielle définit « l’épreuve commune de contrôle continu » de l’enseignements de spécialité suivi uniquement pendant la classe de première de la voie générale, à compter de la session 2021 de l'examen du baccalauréat.

L'épreuve porte sur la partie du programme de l'enseignement de spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques de la classe de terminale suivante[1] :

  • les thèmes 1, 2, 3 et 5 les années paires ;
  • les thèmes 2, 4, 5 et 6 les années impaires.

B.    Nature de l’exercice

L'épreuve a pour objectif d'évaluer l'aptitude du candidat à mobiliser des connaissances acquises dans différents contextes et cadres, construire une problématique, rédiger des réponses construites et argumentées, exploiter, organiser et confronter des informations, analyser des documents de sources et de natures diverses et à en faire une étude critique, faire preuve de capacités de réflexion en les étayant sur des connaissances.

L'épreuve est composée de deux exercices notés chacun sur 10 points[2] :

  • une dissertation (c’est ce qui nous intéresse ici) ;
  • une étude critique d'un (ou deux) document(s).

NB. Initialement, il n’était pas prévu de sujets au choix. En raison du contexte sanitaire et des perturbations qu’il entraîne sur le bac 2021, il a été annoncé qu’un aménagement serait consenti à titre exceptionnel : « l’adaptation des sujets consiste en l’ajout d’un deuxième sujet de dissertation et d'un 2e sujet pour l’analyse de document(s). Les élèves auront ainsi la possibilité d'être interrogés sur 4 thèmes. » (source : site de l’Académie de Paris).

C.    Exemples de sujets

Il s’agit de la première édition du baccalauréat dans sa nouvelle mouture. Nous ne disposons donc pas de « d’annales ». En lieu et place, le ministère a produit des « sujets zéro », dont un seul sujet de dissertation :

Le patrimoine, héritage du passé ou construction mémorielle ?

(Source : site de l’Académie de Créteil.)

II. Conseils de méthode

Manuel : méthode bac p.22-23

A.    Analyser le sujet et dégager une problématique

1.     Analyser le sujet

C’est un travail d’une dizaine de minutes, au brouillon :

  • Lecture attentive de l’énoncé du sujet.
  • Repérage des termes importants -en vue d’en fournir une définition.
  • Bornage du sujet dans le temps et dans l’espace (contexte) : cadre chronologique, échelle spatiale.

2.     Formuler une problématique

L’analyse d'un sujet doit conduire à la formulation d'une problématique : il s'agit de poser une question précise (ou deux) à laquelle la dissertation se propose de répondre de manière organisée.

B.    Organiser un plan en mobilisant ses connaissances

1.     Mobiliser ses connaissances

Lister au brouillon les connaissances qui semblent devoir être mobilisées pour traiter le sujet : notions, faits, dates, lieux, acteurs...

Rassembler les idées et les faits en différentes catégories ou thèmes : c’est l’ébauche du futur plan.

2.     Bâtir un plan

Toute dissertation demande l'élaboration d'un plan qui organise la réponse à la problématique. Chaque sujet ayant sa spécificité, il faut suivre une démarche en accord avec la problématique adoptée.

Le plan comporte généralement trois parties qui correspondent à chaque étape de votre réponse. Votre devoir doit être équilibré, c’est-à-dire que la longueur de vos différentes parties ne doit pas être trop disproportionnée.

Plusieurs types de plan sont possibles :

  • Plan thématique : la réponse au sujet s'organise autour de quelques grands thèmes (parfois précisés dans l’intitulé du sujet).
  • Plan comparatif : 1/ Points communs ; 2/ Différences ; 3/ Complémentarité, ou encore : 1/ Permanences ; 2/ Mutations ; 3/ Typologie.
  • Plan analytique (ou inductif) : 1/ Aspects, description ; 2/ Causes, explication ; 3/ Conséquences, problèmes, solution, typologie...
  • Plan chronologique : c'est le mieux adapté pour analyser une évolution. II faut chercher à découper le cadre chronologique du sujet en plusieurs périodes. Chacune donne lieu à une partie du plan. Les dates charnières doivent pouvoir être justifiées dans le devoir.

C.    Rédiger

1.     Rédiger une introduction et une conclusion

a.       L’introduction

L'introduction générale comporte trois étapes.

  • Une entrée en matière qui précise le sujet. Il faut commencer par une phrase qui « amène » le sujet (une « accroche », qui peut éventuellement s’appuyer sur une citation. Ensuite, il s’agit de reprendre et de mettre en forme les éléments dégagés au brouillon lors de l'analyse du sujet : bornes spatiales et chronologiques, définition des mots-clés du sujet (capital, surtout quand des notions clés sont en jeu).
  • L'énoncé de la problématique. C’est la « grande question » à laquelle le devoir va répondre. La forme interrogative est préférable. Il convient de se limiter à une ou deux questions.
  • L'annonce du plan. C'est le fil rouge qui guide la démonstration : les étapes par lesquelles on se propose de répondre à la problématique. Pour l’annoncer, on peut utiliser des termes comme « d'abord », « ensuite » et « enfin » pour faciliter le repérage du plan par le correcteur.

b.      La conclusion

Toute dissertation se termine par une conclusion générale. Celle-ci comporte deux étapes :

  • Réponse à la problématique. On procède au rappel des grandes lignes du développement, lequel doit permettre de répondre à la problématique posée dans l'introduction.
  • « Ouverture ». Elle est appréciée (quand elle est réussie), mais pas obligatoire. Elle peut consister en l’exposition d’un problème nouveau soulevé par le traitement de la problématique.

2.     Construire le développement

Le développement s'organise généralement en deux ou trois parties. Chacune de ces parties est subdivisée en paragraphes.

Le premier paragraphe et le dernier paragraphe ont un statut différent des autres : le premier est un paragraphe d'introduction (une à deux phrases), qui rappelle le thème traité dans cette portion du devoir ; le dernier paragraphe (une à deux phrases) est un paragraphe de conclusion et de transition vers la partie suivante s'il y en a une. NB. Vous pouvez extraire ces paragraphes des parties de votre travail et leur préférer des paragraphes de transition de quelques lignes, assurant la transition entre deux parties.

Les autres paragraphes sont plus longs, ce sont des paragraphes d'exposition qui développent de façon ordonnée et logique la réflexion. Leur longueur est variable, mais n’excède généralement pas une demi-page. Un paragraphe d'exposition comporte :

  • une idée principale ou directrice énoncée dans la première phrase ;
  • des faits précis, exemples clairement identifiés, souvent datés, localisés ou chiffrés.

NB. La note de service ministérielle précise que « la réalisation d'une illustration en appui du propos (croquis, schéma, etc.) amènera une valorisation de la note ; un fond de carte pourra être fourni si cela est adapté au sujet. La réalisation de cette production graphique n'a aucun caractère obligatoire, et son absence ne peut aucunement pénaliser le candidat. »


[1] NB. Les notions rencontrées en classe de première mais non approfondies en classe de terminale, doivent être connues et mobilisables. Elles ne peuvent cependant pas constituer un ressort essentiel du sujet.

[2] NB. Les deux exercices ne peuvent porter sur le même thème.